L’autonomie de l’opération du centre d’affaires

On ne saurait trop insister sur ce point :

  • L’opération de construction du stade comporte inclusivement celle des travaux préparatoires à celle du Centre d’affaires (fondations, infrastructure, parkings), mais la réalisation du Centre d’affaires, lui-même, reste strictement autonome, accessoire et même facultative.

A tout instant, dégagée de toute contrainte, de quelque nature que ce soit, la FFR pourra lui donner la suite qu’elle jugera opportune, selon l’appréciation de ses intérêts et au regard de la conjoncture générale du moment.

Elle pourra ainsi, à sa guise, et au gré des circonstances:

  • Soit s’organiser, pour réaliser seule la totalité de l’opération, selon l’échéancier qu’elle souhaitera, ou qui lui sera imposé par le rythme des ventes.
  • Soit agir en participation avec des professionnels de la promotion immobilière
  • Soit réaliser, seule, une partie du programme, puis vendre ses droits à bâtir sur le reste.
  • Soit vendre d’emblée, la totalité de ses droits à bâtir.( pour éviter toute implication fédérale dans les tractations immobilières)

Au plan des autorisations administratives requises, dont le permis de construire, et afin de prévenir d’éventuelles difficultés ou contestations, qui pourraient différer les travaux de l’équipement sportif, les bâtiments du Centre d’affaires feront l’objet de démarches successives et séparées, en temps opportun.

Aucune formalité, concernant le futur Centre d’affaires, ne pourrait donc retarder ou contrarier la construction du stade.

 

  1. Historique
  2. L’initiative Callisto
  3. Discussion sur l’équipement sportif
  4. Discussion sur l’équipement connexe
  5. L’autonomie de l’opération du centre d’affaires
  6. Les concours que la FFR peut espérer
  7. Le compte exploitation de la FFR