LE DOSSIER CALLISTO XV

EN BREF :

Quand, en avril 2015,Callisto xv a publiquement révélé les premières irrégularités de la FFR, dans son appel à la concurrence, le président CAMOU n’a eu d’autre réaction, que le dépôt immédiat d’une plainte pénale en diffamation publique, contre son président.

Constituée par nombre de personnalités du rugby, venues rejoindre l’ engagement de ce président, l’association Callisto XV a alors décidé d’une enquête approfondie , aux fins d’organiser sa défense et son action.

Plusieurs mois de recherches ont révélé ses premiers griefs, très en deçà de la réalité, caractérisée par la violation systématique des textes légaux, imposés à la FFR, en qualité de délégataire de service public, et, tout autant, des simples principes de la morale.Un volumineux dossier a ponctué ses investigations, chaque affirmation y étant accompagnée de sa preuve.

Ce dossier a été personnellement remis, dès le 22 avril 2016, à une trentaine son personnalités, dont, notamment, Messieurs François HOLLANDE, Manuel VALLS, Patrick KANNER et Thierry BRAILLARD.

Bien qu’ exempt de toute observation de quiconque, le dossier Callisto xv n’a pas découragé la furtive signature, le 24 juin 2016, par le président CAMOU, du contrat constructeur, au bénéfice d’un certain groupement IBELYS, en présence de Messieurs VALLS, KANNER et BRAILLARD, pour un montant de 581 M€ hors taxe, (697 M€ TTC).

Force est donc de constater :

-Que le président CAMOU a feint d’ ignorer les malversations, publiquement dénoncées par Callisto xv, qui auraient dû le dissuader de toute signature….tant qu’une réplique fédérale n’aurait pas confondu ces dénonciations.

-Que, jamais annoncé jusqu’alors, son montant n’a été dévoilé que le 24 juin 2016, avec la signature du président CAMOU et que le prix accordé à IBELYS est DÉMENTIEL….. .

-Qu’une étude approfondie révèle qu’il présage, pour le moins, d’un coût final, multipliant par 2,30 celui de la moyenne de 6 stades français récents, et par 2,08 celui de la moyenne de 6 stades mondiaux, pour une même capacité de 82 000 spectateurs.

Qu’à titre comparatif , le chef d’œuvre de MILLAU [ 343 m de hauteur (record mondial), 2,46 kilomètres de longueur] a bouclé à 320 M€ ( ouvrage seul), et que le montant de départ du contrat IBELYS (697 M€ TTC) représente DEUX FOIS le coût final actualisé du VIADUC de MILLAU ! .

-Que les annales du B.T.P attestent obstinément, qu’aucun prix n’y est jamais resté finalement « définitif », la prétendue« garantie » du prix, annoncée par le président CAMOU, ne pouvant, un tant soit peu, être prise au sérieux.

-Qu’ à cet égard, et de plus, les invraisemblables générosités, offertes aux intérêts du constructeur , ne sont certainement pas de nature à rassurer sur le coût final de l’opération! Tout au contraire……le pire est à en attendre au décompte définitif.

-Que le financement ferait intervenir des fonds publics de la Caisse des Dépôts et Consignations, offrant une opération à ICADE, membre du groupement IBELYS et filiale de la Caisse des Dépôts ; une convention a d’ailleurs été signée le 24 juin 2016, avec la FFR.

-Que, dans l‘appréciation de ses errements, le président CAMOU ne saurait invoquer son ignorance du fonctionnement du BTP, aux fins de circonstances atténuantes, puisque, assisté et éclairé en permanence, par une société d’Avocats-conseils, et alerté de longue date par Callisto XV, c’est en toute connaissance de cause qu’il a signé le contrat IBELYS.

Que c’est l’Assemblée générale qui , aux termes des statuts  «  décide seule des emprunts excédant la gestion courante », et qu’en l’ayant ignorée pendant trois ans, jusqu’à lier, à son insu,la FFR, dans l’engagement le plus lourd de son histoire, le président CAMOU s’est rendu coupable, pour le moins, d’abus de confiance.

Callisto XV prend acte de ces faits, comme chaque membre actif de la F.F.R, également comme tout citoyen contribuable, celui de l’Essonne, en particulier .

Callisto XV réitère , avec force et dans toutes ses dispositions, le réquisitoire de son dossier, sur lequel personne, n’a formulé la moindre contestation, relevé la plus infime remarque.

Non sans rappeler, encore, son soutien au projet de création du Grand stade, qui, notamment, alignerait les revenus de la FFR sur ceux des quatre fédérations britanniques, toutes propriétaires de leur stade, et son approbation du choix de l’hippodrome providentiel de Ris Orangis.

La conviction de Callisto xv, dans l’opportunité de cette opération et sa certitude dans le montant abusif du contrat IBELYS, sont allées jusqu’à présenter à la FFR un projet comparatif, lequel, malgré l’existence d’un parking de 20 000 places et de l’infrastructure d’un important centre d’activités et d’affaires, est évalué à 367 M€ hors taxe.

Le dossier Callisto xv du 22 avril 2016 révèle, entr’ autres, la scandaleuse délégation de maîtrise d’ouvrage, abandonnée au constructeur, faisant de lui, le décideur absolu de l’opération et de ses propres intérêts.

C’est vainement, que ce dossier a dénoncé les turpitudes fédérales et c’est au constat de l’inertie du ministre de tutelle , qu’au prix de lourdes dépenses et de beaucoup de travail, la passion du rugby et le civisme des associés de Callisto XV,se sont obligés à agir, en ses lieu et place, pour les compenser .

Callisto était allée jusqu’à adresser, dès le 5 mai 2015, au ministre de tutelle, un courrier dénonçant ses premières perceptions des anomalies fédérales. La réponse ministérielle du 23 juillet 2015, élude le fond de la démarche,en proclamant sa confiance dans la gestion du dossier par la F.F.R … Elle n’a eu aucune suite, aucun effet.

Le dossier Callisto xv du 22 avril 2016 est également resté sans réponse de Monsieur Thierry BRAILLARD.

Mais il a eu une suite provocatrice : la caution de fait de Monsieur le ministre de tutelle, présent aux côtés du président CAMOU le 24 juin 2016, pour la signature du contrat IBELYS.

Au lendemain de cette signature et en toute discrétion, la FFR s’est autorisée, illicitement, à modifier la dénomination de ce contrat, la nouvelle étant irrégulière, puisqu’ ignorée des textes législatifs et assortie d’une « garantie de prix » également illicite.

La signature du contrat à IBELYS, proclame la détermination des décideurs de l’opération, à la réaliser, selon et malgré la gravité des errements, dénoncés et prouvés par le dossier Callisto XV.

En conséquence, la FFR étant déclarée d’utilité publique, il n’était d’autre voie possible, pour prévenir le désastre financier, organisé par le président CAMOU et scellé de sa main, que de saisir la justice, pour qu’elle prononce l’annulation du contrat du 24 juin 2016, et procède à la recherche de toutes les responsabilités, civiles et pénales, engagées en cette affaire

Le 21 septembre 2016, Callisto xv a signifié à la FFR, une assignation à comparaître par devant le Tribunal de Grande Instance d’Evry, demandant, à titre principal, l’annulation judiciaire du contrat IBELYS, à titre subsidiaire, la désignation d’un consultant .

Le Procureur de la République d’Evry a été saisi, le 27 octobre 2016, d’une plainte de Callisto xv contre le président CAMOU, pour abus de confiance, détournement de fonds publics et escroquerie.

Une seconde plainte, a été déposée le même jour, contre Monsieur le secrétaire d’état Thierry BRAILLARD, ministre de tutelle de la FFR, pour complicité dans les mêmes faits.

Callisto xv

Novembre 2016

Télécharger le dossier complet du grand stade

expose_callisto

pieces-justificatives

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s